Ville/hôpital : une relation plus fluide grâce au numérique

25.05.2022
Conseils & AccompagnementÉvolution de la pratique

Doctor holding digital tablet while hands holding male patient's hand for encouragement and discussing something while sitting at the table . Medicine and health care concept.

SOMMAIRE

  • 1.  Les enjeux du décloisonnement ville/hôpital
  • 2. Utiliser le numérique pour fluidifier la relation
  • 3. Des nouveaux usages voulus par les Pouvoirs publics
Temps de lecture : 3 minutes

La qualité du lien entre la ville et l’hôpital a un impact important sur la qualité du parcours de soin. C’est pourquoi le décloisonnement entre ces deux acteurs est devenu indispensable pour faire face aux besoins croissants de santé de la population. L’enjeu est de fluidifier la relation. Un enjeu pour lequel le numérique est un outil parfaitement adapté, à condition de prendre le temps d’en saisir tous les intérêts et usages.

 

 

 Les enjeux du décloisonnement ville/hôpital

La réussite du parcours de soins d’un patient tient à sa continuité ainsi qu’à la bonne coordination entre praticiens autour du patient. Or, l’hospitalisation représente parfois une rupture dans ce parcours du fait du cloisonnement toujours existant avec la ville. Il arrive encore trop souvent que les informations liées à la prise en charge hospitalière soient détenues par le seul patient ou adressées avec un décalage dans le temps au médecin traitant. Cette absence ou ce retard d’informations a évidemment des conséquences pour le suivi médical et, sur une patientèle fragile, fait prendre des risques de ré-hospitalisation.
Pour décloisonner, il faut donc répondre à trois enjeux :

  • Assurer une communication continue et fluide entre les différents acteurs du parcours de soins du patient à l’hôpital comme en ville
  •  Faciliter le partage sécurisé de données de santé entre professionnels de santé et avec le patient
  • Sécuriser le parcours de soins en évitant les ruptures ou reports de soins

 

Utiliser le numérique pour fluidifier la relation

Le numérique est déjà largement utilisé par le corps médical pour sa capacité à générer, traiter et stocker des données de façon sécurisée. Tout l’enjeu consiste donc, dans le cadre du décloisonnement, à organiser le transfert et le partage de ses données du patient entre l’hôpital et la ville sans déperdition en termes de qualité et de sécurité. Les outils numériques peuvent réaliser le lien en particulier avec des outils de messagerie instantanée comme Maiia Chat. Connectée au RPPS, cette solution de communication permet d’engager la conversation en un clic avec un ou plusieurs confrères sur le cas particulier d’un patient. Le chat offre également la possibilité de partager des documents ou de réaliser une téléexpertise. Contrairement aux services comme Whatsapp, la solution Maïa est certifiée HDS et les échanges sont intégralement chiffrés ce qui assure une parfaite sécurité des données. Autre atout du numérique : l’interopérabilité entre le système d’information de l’hôpital (SIH) et les logiciels les plus utilisés par les professionnels de ville.  Le partenariat récent entre Cegedim Santé et DEDALUS pour le CH du centre Bretagne est un exemple parlant de l’intérêt d’interfacer directement les outils pour assurer une transmission fluide et sécurisée des informations. A cette brique interfacée, il est ensuite facile d’ajouter d’autres fonctionnalités comme la prise de rendez-vous en ligne ou la téléconsultation.

 

Des nouveaux usages voulus par les Pouvoirs publics

L’utilisation d’outils digitaux est encouragée dans le cadre du Ségur de la santé  comme moyen de dégager du temps médical et de favoriser l’organisation des soins du patient. Pour y parvenir, le volet numérique du Ségur prévoit d’accélérer le partage sécurisé des données non seulement entre professionnels de santé mais aussi avec le patient. Première brique du nouveau système, mon espace santé est ouvert depuis janvier 2022. Les autres outils du Ségur, dits « socles » sont la messagerie instantanée, la e-prescription, l’application carte Vitale et bien sûr, l’Identifiant National de Santé (INS). Ce numéro personnel et unique du patient est la clé du système car, utilisé par tous les professionnels, il assurera tout à la fois une agrégation et une sécurisation des données. Ces socles sont en cours de développement par les éditeurs de logiciel pour obtenir le référencement Ségur. Et au 1er janvier 2023 les professionnels de santé devront obligatoirement utiliser des logiciels référencés pour pouvoir prétendre aux forfaits structures prévus conventionnellement. Un mouvement rapide de numérisation est donc engagé qui va modifier les pratiques en ville comme à l’hôpital. De nouveaux usages vont se mettre en place pour lesquels un opérateur comme Cegedim Santé, fort de son expérience, peut accompagner les professionnels dans la prise en main et l’utilisation quotidienne.

Contacter un conseiller Cegedim Santé

 

CONTACTEZ-NOUS